Uncategorized

April Fools on flight : it’s easy…

C’est pas cher et ça peut rapporter gros comme retard pour un poisson d’avril.
Il est vrai que l’on ne peut pas tout avoir comme le dit la formule «le beurre et l’argent du beurre et la laitière avec» surtout si l’on vole sur une compagnie aérienne «low cost».
Néanmoins, il y a des poissons pour débuter avril qui méritent le détour anecdotique.
Ainsi pour un retour vers ma destination azuréenne de résidence (vol Paris-Nice de début de soirée), si le départ avait plutôt bien commencé par le bus, l’arrivée fut plus rocambolesque.
En effet, l’alerte fut donnée par une débarquement en urgence du bus à l’approche de l’aéroport pour cause de « colis suspect » que l’on fit exploser et le trafic au sol reprit au bout de 30 minutes.
Finalement, cela n’apparaissait que comme une péripétie dans un monde en proie à des actions terroristes kamikaze de plus en plus banalisées qui nous plongent dans la paranoïa sécuritaire.
La suite s’annonçait des plus classiques dans un parcours d’enregistrement avec une fouille minutieuse des bagages consistant à déballer l’intégralité de son contenu sur le tapis roulant ; à se déchausser, à enlever sa ceinture au point de risquer de se retrouver en slip (l’art étant de marcher en tenant son pantalon) et à accepter des touchers corporels réglementaires qui achèvent de vous transformer en objet volant parfaitement identifié.
Tous ceux qui voyagent par avion sont peu ou prou rompus désormais à cette épreuve et finissent par s’en accommoder ou du moins à en prévoir les modalités.
Passé les préliminaires d’un décollage de soirée annoncé, la déconvenue fut plus grande quand le retard de deux heures fut déclaré au dernier moment de l’embarquement.
Alors là, il ne restait plus qu’à trouver un siège vacant pour essayer de conjurer la rage de la fatigue, du stress, de la faim, du sommeil naissant. Au bout de deux heures de lutte contre l’endormissement alternées par des allers-retours vers les toilettes pour maintenir la forme physique, la délivrance devait arriver, oui, mais pas aussi vite que la théorie l’avait prévu.
Car au moment fatidique, on nous annonça l’arrivée sur la piste de l’avion tant attendu mais les portes d’embarquement demeurèrent désespérément closes.
Tel un essaim de bourdons étourdis, tous les passagers se sont amassés au guichet, l’agent compatissant s’est mis en quête d’aller chercher l’avion alors que nous observions qu’un appareil aux couleurs orangées de notre hallucinante compagnie aérienne faisait le tour de la piste visiblement ne sachant pas à quelle porte s’arrêter.
Finalement, l’agent revint en nous annonçant avoir retrouvé l’avion qui se trouvait à cinq portes d’embarquement plus loin.
Comme un banc de poissons, nous avons mis le cap vers la nouvelle porte d’embarquement où notre vol était affiché « à l’heure » et nous nous sommes entassés comme des sardines désabusées dans un tunnel nous conduisant à l’avion.
Le pilote prit soin de faire « tracer » son avion vers la piste d’envol comme une voiture de course au Grand Prix de Monaco en trompettant dans un franglais confus que nous allions monter à plus de 11 000 mètres d’altitude et à notre arrivée le lendemain au tout début de la nuit, s’excusa pour le retard et nous souhaita une « bonne fin de soirée » en espérant nous revoir sur les lignes de cette compagnie « déjantée » pour ce premier avril de l’année 2010.
Nous quittâmes l’appareil précipitamment et silencieusement en attendant le petit-déjeuner, pour moi, ce sera sans poisson s’il vous plaît ni jus d’orange.

Si vous voulez tester votre sens de l’humour, « it’s easy pour les poissons clowns»

AMC

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s