Uncategorized

Friends on Facebook : Au pays d’Unlucky Luke

Plus impitoyables que les télécrans de « 1984 », célèbre roman de George Orwell, les petites discussions plaisantines entre «amis» sur son employeur (appelés les «Friends» sur Facebook) peuvent vous faire passer par la case licenciement.

Mieux que le KGB ou le régime nord-coréen, évoluer dans le réseau des amis de Facebook c’est revivre les liaisons dangereuses d’un nouveau Far West au risque de finir comme des «Unlucky Luke».

C’est ainsi que trois salariés d’Alten, comme les infortunés Dalton ont fait les frais de leur storytelling en entreprise confiés au sein du « club de néfastes » sur Facebook car malheureusement, un de leurs collègues zélés a fait une copie d’écran opportune qu’il a adressée à la direction de l’entreprise.

Le verdict de l’employeur est tombé : ils ont été virés ! Deux d’entre eux ont porté l’affaire devant les Prudh’ommes. Le licenciement a été confirmé et jugé légal au motif que «les salariés ne peuvent pas impunément critiquer ou avoir des propos injurieux ou diffamatoires à l’égard de leurs employeurs».

Cette décision fait l’objet d’un appel de Maître Grégory Saint-Michel, l’avocat des deux salariés.

En attendant les suites judiciaires, se pose la question de la nature des discussions sur Facebook : privée ou publique ?

« Le code du travail ne dit rien sur ce que l’on a le droit de dire ou non sur les réseaux sociaux. Facebook est en principe un réseau communautaire privé. »

Alors y a-t-il eu violation du secret des correspondances de la part de l’entreprise incriminée ?

« Le tribunal des Prud’hommes a estimé que même si une page est personnelle dès le moment où l’on a plusieurs amis susceptibles de lire le message, celui-ci prend un caractère public. « Facebook n’est pas un espace privé comparable à une boite mail. C’est un réseau social ouvert, un espace d’expression publique et planétaire », commente sur son blog Eric Rocheblave, avocat en droit du travail. »

Alors peu importe le nombre total des « amis » sur le réseau Facebook et la tonalité badine de la conversation ponctuée de « smileys et de LOL à toutes les phrases » qui a « grillé » les trois salariés.

Certes, tout salarié n’est pas irresponsable par principe de ses faits tenus y compris dans sa vie privée (c’est-à-dire en dehors de son temps et lieu de travail) dès lors qu’ils sont suffisamment graves pour semer un  trouble dans l’entreprise mais « l’une des principales règle dans le droit est que la sanction doit être proportionnée à la faute », souligne l’avocat des salariés.

D’ores et déjà, la décision rendue vendredi 19 novembre 2010 par le tribunal des Prud’hommes de Boulogne est la première du genre en France et peut servir de référence aux entreprises pour intenter une action en justice même si l’on sait que la jurisprudence varie d’un tribunal à l’autre en fonction de la sévérité des juges. Ce jugement reste donc relatif et d’autres jurés d’autres tribunaux prendront ainsi leur décision au cas par cas.

Xavier de la Porte remarque que « Big Brother lui-même n’était pas aussi insensible. Lui au moins avait un mobile pour espionner : maintenir l’ordre, consolider ses positions et éteindre les rebellions éventuelles. Mais moi, et les innombrables autres Little Brothers, nous n’avons aucune notion très claire de ce que nous cherchons. Une fugace sensation d’omnipotence ? Les gratifications d’une vaine curiosité ? Notre circulation constante dans les images volées, tantôt comme consommateurs, tantôt comme producteurs (mais y a-t-il encore une différence significative entre les deux ?) ajoute encore à cette histoire insensée. Est-ce tragique ? Parfois. »

Dans l’immédiat, un conseil de prudence prévaut à l’encontre de ses « Friends on Facebook » : « Little brother is watching you »… et la délation profite aux arrivistes…

Finalement les « Friends » sur Facebook, c’est un peu comme la leçon des « animaux de la ferme », on en apprend beaucoup… même si c’est parfois « hard » !!

Anne-Marie Champoussin

Publicités

4 réflexions au sujet de « Friends on Facebook : Au pays d’Unlucky Luke »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s